Ecologia Sulidaria (A. Simonpietri)

 

A. Simonpietri

Document original à télécharger en PDF en fin de page

1. A quelle place situez-vous la pauvreté dans vos priorités ?

Pour Ecologia Sulidaria répondre à la crise sociale est une priorité une crise malheureusement ancrée dans notre société insulaire depuis très longtemps et aggravée par la pandémie qui a touché notre région très dépendante du tourisme et de sa saisonnalité de manière importante. La paupérisation de notre société est réelle et concerne aussi bien les jeunes que les retraités.

2. Quelles sont, selon vous, les principales causes régionales de la pauvreté ; sur lesquelles souhaitez-vous agir ?

Les causes sont nombreuses bien sûr, parmi les principales :

  • Beaucoup de retraités qui ont peu cotisé faute de revenus suffisants dans leur activité: agriculteurs, artisans, commerçants, ils ont versé les cotisations minimales d’où des retraites parfois inférieures à 500 euros. Encore pire pour les conjointes qui souvent n’ont jamais cotisé à titre personnel. Seule solution : le revenu complémentaire d’existence.

  • Des jeunes issus de familles précaires, sans revenus, d’où la nécessité du revenu de base pour les 18/25 ans, sans condition.

  • La cherté de la vie notamment des logements, taux de logements sociaux inférieurs de plus de moitié par rapport à la moyenne française. Un ensemble de mesures pour stopper la spéculation est indispensable, ainsi que la reconversion de logements touristiques

  • Niveau du chômage et salaires faibles

3. Quelles solutions innovantes préconisez-vous pour faire régresser la pauvreté ?

Nous proposons tout un arsenal de mesures ou dispositifs qui contribueront à réduire la pauvreté.

Parmi ces dispositifs deux projets phares qui concernent toutes tranches d’âges avec une priorité faite aux plus jeunes et à nos aînés.

Le Revenu de Transition Écologique (RTE)

Le Revenu de Transition Écologique consiste à verser un revenu aux personnes qui souhaitent développer un projet ou une activité autour de la transition écologique et sociale. Il combine 3 éléments: revenu, accompagnement et formation pour chaque projet, adhésion à une structure adaptée. Cette structure pourrait être une Coopérative de Transition Écologique (sous forme de Société Coopérative de Production ou Société Coopérative d’Intérêt Collectif par exemple) regroupant divers partenaires(entreprises, associations, colle ctivité…). Il est pour nous prioritaire. Des dispositifs existent, comme le RSA; mais ils ne s’adressent pas à tous ceux qui en auraient besoin; notre objectif est d’aller ensuite vers un REVENU D’EXISTENCE, s’adressant à tous, des plus jeunes aux plus âgés, pour sortir les 70000 personnes qui restent en Corse au-dessous du seuil de pauvreté. Ce revenu peut prendre des formes différentes: dispositif prévu « Zéro chômeurs de longue durée », RTE, RSA, entreprises et chantiers d’insertion, etc

Ce projet est une véritable réponse d’avenir à la crise sociale et à la pauvreté, aux mutations du travail et à la révolution numérique, à l’impératif écologique qui nous oblige à changer de modèle économique, et à l’exigence démocratique qui impose de donner un sens nouveau à notre rôle de citoyen.n.e.s. Une réponse sociale aux plus démuni.e.s mais également une reconnaissance de la dignité de chacun.e. Un grand pas en faveur de l’inclusion, pour une société plus humaine et plus égalitaire.

En Corse où près de 20 % de la population (un habitant sur 5) vit sous le seuil de pauvreté (six points de plus que la moyenne nationale) soit près de 70 000 personnes avec moins de 970 euros/ mois, U Rivinutu Universale est plus que nulle part pertinent et indispensable. Une expérimentation doit être mise en place rapidement. La majorité actuelle, nous ne l’ignorons pas, a voté ce projet à l’unanimité en fin d’année 2020 et préconise un montant mensuel de 500 euros de manière universelle et inconditionnelle. Ce vote ne doit pas rester une simple intention. Nous proposons un montant de 750 euros/mensuel montant minimal. Ce dispositif coûterait d’après une étude précédemment faite par l’Assemblée de Corse environ 150 millions d’euros annuels. Il nous faudra négocier avec force auprès de l’État l’obtention d’une compensation financière ou une aide conséquente sous forme de mesures fiscales spécifiques. Si besoin est l’attribution de ce RU pourra être progressive et concerner dans un premier temps les jeunes (18/25 ans) les premières victimes de la précarité et des inégalités. Pourtant plus touchés par la pauvreté, les moins de 25 ans sont aujourd’hui exclus des minimas sociaux. Ce RU leur donnerait l’autonomie nécessaire pour choisir leur voie poursuivre leurs études et pouvoir les mener à bien sans avoir à se salarier. Vu son contexte social très dégradé la Corse pourrait être un terrain d’expérimentation pertinent et servir de modèle à d’autres régions. Ce projet réadaptable dans le temps (population ciblée) devra également faire l’objet d’une demande d’adaptation des textes applicable auprès du gouvernement.


4.  Quelles mesures concrètes prendrez-vous pour :

La rue :

Rendre plus supportable les conditions des personnes, de plus en plus nombreuses, vivant sans domicile fixe (toilettes et douches publiques, consignes à bagages, restaurant social, give box, …)

Assurer des places suffisantes dans les structures d’hébergement d’urgence.

La CDC augmentera le nombre de places en structures d’hébergement d’urgence pour assurer les besoins des habitant·e·s du territoire, y compris pour les jeunes LGBT+ en rupture familiale, les femmes victimes de violences et aux personnes migrantes et exilées.

Le logement

Permettre un meilleur accès au logement social et très social des plus précaires

Lutter davantage contre l’habitat indigne (11000 logements en Corse selon une estimation partielle de

2013) et, en particulier, mettre un terme à la précarité énergétique des habitants des logements mal isolés

Nous souhaitons permettre la construction de logements abordables et de qualité La CDC mettra en œuvre un plan logement confort global (isolation phonique, thermique…) et rehaussera les objectifs du PADDUC et du SRCAE (Schéma Régional Climat Air Énergie) , en particulier pour la massification de la rénovation des logements. Elle participera financièrement aux offices fonciers solidaires créés sur son territoire lorsque le prix du foncier est élevé. De plus, elle peut expérimenter le permis de louer prévu dans la loi ALUR

La Collectivité de Corse garantira l’accès à un logement abordable et décent pour toutes et tous, la réduction de la consommation d’énergie, le développement de l’habitat participatif et la préservation des ressources naturelles des territoires Développer les politiques de logement individuels et collectifs Veiller à ce que l’application des programmes « Una casa per tutti » et les logements communaux dans les villages ne dérivent pas vers des locations saisonnières. Soutenir les dispositifs de construction coopératifs Exiger une adaptation esthétique des logements HLM « standard » ou des programmes soutenus financièrement, souvent complètement inadaptés à nos paysages. Ouvrir les crédits du Fonds de solidarité logement aux personnes dont l’habitat est la caravane, la yourte ou le mobilehome, et réfléchir à l’optimisation des villages de vacances pour l’accueil des personnes mal logées En lien avec l’État, la CDC allouera des moyens à l’accompagnement social des familles bénéficiant du plan « Logement d’Abord ». Elle soutiendra les démarches d’Habitat participatif

Pour les personnes en situation de handicap, elle déploiera des programmes de logements d’habitats diversifiés intégrés, en respectant le libre choix du mode d’habitat de la personne en situation de handicap et en assurant leur présence active et décisionnelle. 1.6.4 Favoriser une meilleure répartition des logements sociaux sur les territoires Notamment par une aide majorée pour la création de logements sociaux dans les zones peu denses et en collaborant avec les bailleurs sociaux (dans le cadre des Convention d’utilité sociale et les Offices Publics de l’Habitat départementaux) pour les aider à construire dans les communes où l’offre en logement social est très limitée. Cette aide sera conditionnée à une implantation hors zone A (agricole) ou N (naturelle) ou à de la restauration de bâti existant (soit sans accroissement de surface pour le bâti antérieur à 1960, soit avec une extension dessinée par un architecte).

La mobilité

Améliorer la mobilité en Corse, en fixant des horaires qui répondent aux besoins des utilisateurs

des villes et des villages (déplacement pour travail, rendez-vous, démarches administratives…) et engénéralisant la gratuité des transports en commun

Donner de la cohérence aux tarifs des résidents obligés de se rendre sur le continent et qui ne peuvent pas en bénéficier s’ils ne prennent pas le même moyen de transport (avion/bateau) pour leur aller et leur retour

La santé

Réduire le renoncement aux soins, en renforçant l’infrastructure sanitaire notoirement insuffisante en Corse

Un service public de santé de qualité est indispensable au bien être des habitant·e·s. La crise COVID a mis en évidence la faiblesse des moyens, la crispation de l’État sur ses prérogatives, le refus de tout dialogue sur des points fondamentaux, comme le Green-pass ou les modes de confinement. C’est la CDC qui s’est substituée à l’État en carence. La Collectivité de Corse défendra des systèmes de santé adaptés aux différents publics, accessibles à toutes et tous, partout sur le territoire et dans lesquels la prévention et la santé environnementale seront mises au cœur des dispositifs.

La Santé est une aspiration individuelle et collective. Sans elle, les autres droits sont compromis. Une politique forte de Santé est une voie vers plus de bien-être, une meilleure qualité de vie. L’objectif de notre projet est de garantir à toutes et tous un accès permanent à un environnement sain par la lutte contre toutes les pollutions, par la mise en place de politiques de prévention, de promotion et d’éducation à la Santé. Chacune et chacun, tout au long de sa vie doit pouvoir être acteur de sa santé, être au cœur de son parcours de soins et doit pouvoir bénéficier d’une prise en charge coordonnée entre les différents acteurs de santé. Les réponses nécessaires à l’exercice de ce droit à la Santé doivent être de proximité ce qui suppose une couverture territoriale optimale. Le PRS (Projet Régional de Santé) couvrant la période 2018-2023 sera particulièrement suivi et la CDC veillera à son évaluation précise. Nos priorités sont les suivantes: Lutter contre les déserts médicaux, garantir l’accès à la santé Il s’agit de mettre en œuvre un ensemble de mesures pour permettre un accès direct à une santé de qualité, à moins de trente minutes de chez soi et donner la priorité à la prévention.

Les jeunes et l’emploi

Améliorer l’efficacité des mesures existantes pour la formation et l'emploi, notamment des jeunes déscolarisés, les compléter et les évaluer régulièrement en toute transparence.

- Accompagner les personnes les plus éloignées de l’emploi La Corse dans son ensemble devient un « Territoires Zéro Chômeurs de longue durée »: ce dispositif doit partir des besoins du territoire et favoriser systématiquement les secteurs économiques liés à la transition écologique et à la solidarité.

  • lutter contre le décrochage et pour l’emploi des jeunes: s’engager à offrir un stage, une formation ou un emploi après chaque décrochage scolaire ou perte d’emploi, mettre en place des plateformes pour faciliter l’accès à des expériences transitoires vers l’emploi (stages, volontariat, projets);

  • soutenir l’habitat autonome des jeunes (ex. projets d’habitats groupés), renforcer la couverture régionale micheline / cars et rendre gratuit les transports en commun territoriaux, distribuer gratuitement des protections hygiéniques réutilisables pour lutter contre la précarité menstruelle.

  • créer le plus rapidement possible des foyers de jeunes travailleurs, qui manquent dans toutes les régions de Corse (en mutualisation avec l’accueil des étudiants pour assurer une meilleure mixité), en soutenant les projets associatifs existants et en suscitant un maillage complet

Les migrants

Accueillir dans des conditions décentes les migrants et leurs familles

Faciliter leur intégration par la langue (Français langue étrangère et Initiation au Corse)

Des territoires accueillants Le GIEC alerte sur les conséquences dramatiques du réchauffement sur un croissant allant du Maghreb à l’Iran, où les conditions de vie de près de 500 millions d’habitants risquent d’être bouleversées du fait de l’impossibilité prévisible de continuer à cultiver les plantes actuelles, donc à se nourrir. Ces habitants sont de potentiels réfugiés climatiques; audelà de l’indispensable travail international sur la mise au point et la diffusion de cultures résistantes, de systèmes performants d’irrigation, nous devons anticiper et réfléchir à la manière d’accueillir dignement ceux que la Corse pourrait recevoir.

Nos propositions

  • Participer aux recherches et expérimentations (nous sommes aussi directement concernés, comme c’est dit plus haut).

  • Réfléchir aux modalités de l’engagement de la Corse pour assurer l’accueil inconditionnel des personnes migrantes et assurer le respect de leur dignité et de leurs droits (hébergement, accès à la santé, accompagnement juridique, insertion socioprofessionnelle, etc.).

Créer un fonds dédié à l’accueil des exilé·e·s. Cela permettra d’organiser l’accueil des réfugié·e·s, notamment par la mise en place d’actions d’insertion professionnelle et d’insertion citoyenne (respect des lois, du droit des femmes, de la liberté d’expression).

Ces actions doivent aussi permettre de faciliter l’accès au numérique pour toutes les démarches administratives. À l’heure où la France a rendu 1,12 million d’euros de crédits non utilisés du Fonds européen pour les réfugiés en 2019, il convient également d’accompagner les structures qui œuvrent à l’accueil dans le montage juridique des dossiers permettant d’accéder aux financements européens.

Protéger les mineurs isolés au même titre que tous les enfants du territoire : en refusant de faire intervenir les préfectures dans le processus d’évaluation et identification de ces enfants; en renforçant les équipes pluridisciplinaires au sein des établissements accueillants et en favorisant prioritairement l’écoute de ces enfants, privés de leur milieu familial, afin de les orienter selon leurs besoins. La protection de ces mineurs isolés passe aussi par leur éducation et en particulier par une éducation civique supplémentaire à celle délivrée par l’Éducation Nationale en fonction des ressources familiales. Il s’agit aussi de renforcer le sentiment d’appartenance à l’Europe, dans le respect de la diversité des cultures.

La prise en compte des réels besoins des associations et de leurs bénéficiaires

Mieux intégrer les personnes vivant en situation de pauvreté et les associations qui les accompagnent dans la conception, la mise en œuvre et l'évaluation des mesures qui les concernent le plus

Soutenir l’action des associations d’aide aux plus pauvres qui, dans ce contexte, sont paradoxalement touchées de plein fouet par la diminution des ressources et des subventions

Réduire la complexité croissante des procédures administratives imposées aux associations, alors qu’elles sont des acteurs essentiels de la lutte contre la pauvreté ?

Pour notre liste Ecologia Sulidaria le soutien aux associations œuvrant dans le domaine humanitaire et caritatif est une priorité. Ces associations seront financièrement soutenues dans le cadre d’un plan pluriannuel qui permettra de garantir un accompagnement pérenne selon un cahier des charges qui engagera les deux parties.

Les procédures administratives (montage de dossiers) seront simplifiées.

 

 


Publié par: webmaster
Type de document: Articles / Réponse politique / Evènement
Auteur:
Date article:
Document :   





© CLE Pumonte 2018 - @cle-ajaccio@sfr.fr - Réalisation : Kikou Chabrol
Derniers communiqués
COLLOQUE 20 octobre 2021
21 septembre 2021
interview Hyacinthe CHOURY : ELECTIONS TERRITORIALES
7 juin 2021
REPONSES DES CANDIDATS AUX TERRITORIALES 2021
7 juin 2021
TERRIRORIALES 2021 : LETTRE OUVERTE AUX CANDIDATS
7 juin 2021
Insertion Vêtement Prévention Soins Accompagnement Atelier Aliment Alphabétisation Solidarité Accès Accueil Démarche Droits Aide Distribution Hébergement
https://www.buduracing.com/free-robux-generator-2020-b9bak-45335.pdf https://content-calpoly-edu.s3.amazonaws.com/english/1/webform/free-robux-6n1md-66380.pdf https://content-calpoly-edu.s3.amazonaws.com/english/1/webform/free-robux-generator-owukt-99832.pdf https://content-calpoly-edu.s3.amazonaws.com/english/1/webform/free-robux-no-verification-0zxxd-86420.pdf https://content-calpoly-edu.s3.amazonaws.com/english/1/webform/free-robux-t2o42-98470.pdf https://content-calpoly-edu.s3.amazonaws.com/english/1/webform/get-free-robux-09o7i-38755.pdf