Municipales 2020 : Réponse Jean-François CASALTA. Liste PA AIACCIU

Jean-François CASALTA. Liste « Pà Aiacciu »

1. Permettre un meilleur accès au logement social et très social

Avant de parler du logement social, il convient de mettre en lumière une mesure phare de notre programme : le minimum social garanti. Cette aide différentielle, qui sera versée aux ménages vivant sous le seuil de pauvreté, permettra l’allocation d’une indemnité conséquente aux personnes les plus démunies. Elle sera versée sur le budget du CIAS par la régularisation d’un contrat comportant des engagements réciproques en termes de formation, d’accompagnement et de recherche d’emploi et sur conditions de résidence, à savoir un minimum de trois ans sur une des communes de la CAPA, sur le modèle du rapport « una casa per tutti » récemment voté par l’assemblée de Corse. Nous souhaitons mobiliser pour cette mesure un budget de 3,5 millions d’euros dès la première année. J’attire votre attention sur le fait que l’augmentation sera considérable au regard de la somme annuelle consacrée actuellement aux aides sociales par le CIAS qui se monte, sauf erreur, à 2,6 millions d’euros. Des publics cibles devront être identifiés et notamment les ménages avec des enfants scolarisés, les étudiants dont certains connaissent une situation de grande précarité, les retraités.

Concernant le logement social plus particulièrement : Nous entendons créer un organisme foncier solidaire qui permettra aux ménages les plus modestes d’accéder à la propriété du bâti de leur logement ainsi que l'encadrement pérenne du prix des ventes et des redevances afin de freiner les phénomènes spéculatifs. Il conviendra de réhabiliter de manière complète le parc de l'Office Public de l'Habitat, en écartant la tentation de s’en dessaisir au profit du privé, comme nous l’entendons dire de plus en plus souvent au sein de l’Office géré par la CAPA. Il sera également nécessaire de revoir la gestion du parc au plus près de chaque intercommunalité, il nous semble, par exemple, incohérent que la CAPA puisse gérer le parc de logement social de Porti-Vecchju.

Concernant les bailleurs privés, la municipalité devra les sensibiliser très fortement au respect de leurs obligations (sur le modèle de l’action que nous avons menée auprès de Logirem à Budiccioni en début d’année 2019) et utiliser l’ensemble des leviers dont elle dispose sur son territoire pour ce faire.

Il conviendra aussi de créer de nouveaux logements, en privilégiant l’achat et la rénovation de bâtiments existants plutôt que de nouvelles constructions notamment par le biais du bail réel et solidaire évoqué ci-dessus et lutter contre la précarité énergétique en s'appuyant sur les fonds européens qui transitent par la Collectivité de Corse permettant de financer lesdits programmes en quasi-totalité d’autant que les crédits consacrés à la MDE (maitrise de l’énergie) s’accroitront dans le cadre de la nouvelle PPE. L'objectif étant d’atteindre le taux légal de 25% (Loi SRU) de logements sociaux en fin de mandature, l’offre actuelle ne représentant que 17%.

Il faudra enfin changer les pratiques concernant l’attribution des logements sociaux afin d’aboutir à une plus grande transparence.

2. Rendre plus supportable les conditions des personnes, de plus en plus nombreuses, vivant sans domicile fixe (toilettes et douches publiques, give box, accroissement des places d'hébergement, consignes pour leurs bagages …)

Nous proposons d’installer des toilettes publiques et les give-box nous semblent un moyen satisfaisant de venir en aide à son prochain. Nous serons aux cotés des associations afin de rénover les lieux destinés à l’hébergement des personnes sans abri et réfléchir à un accueil des animaux de compagnie et des consignes pour bagages. Pour être parfaitement clair avec vous, nous ne pouvons supporter qu’aujourd’hui des familles entières dorment dans les bois comme nous avons pu le constater à l’occasion de maraudes avec la Croix Rouge, mais l’aide que nous vous proposons d’apporter aux associations qui travaillent dans ce domaine ne devra pas constituer une incitation à faire de notre territoire le refuge de la misère pour des zones extérieures à la Corse. Notre action concertée devra donc être finement mesurée afin d’offrir aux sans-abri, qui sont déjà en Corse, les meilleures conditions d’hébergement possible mais tout faire pour que cette population ne s’accroisse pas de manière exponentielle sans quoi le risque de déstabilisation de l’ensemble de la société serait trop important.

3. Améliorer la mobilité, proposeriez-vous, notamment, la gratuité des transports en commun ?

En raison de l’état des finances de la SPL Muvitarra, la gratuité totale à terme immédiat ne nous semble pas sérieusement envisageable mais des solutions existent pour nos jeunes et nos retraités :

• CARTA GHJUVENTU : permet aux jeunes de moins de 18 ans d'avoir l'accès aux transports en commun pour la pratique d'une activité sportive ou culturelle. - réduction de 50% sur les transports en commun pour tous les mineurs - gratuité totale des transports pour les activités culturelles et sportives.

• CARTA RITIRATA : les retraités, selon leur niveau de revenus, bénéficieront du transport gratuit.

A terme, la gratuité des transports pourra être envisagée, si la SPL Muvitarra revient dans des proportions raisonnables à meilleure fortune. Le fait d’inclure dans le périmètre de cette société le stationnement de surface et souterrain pourra l’y aider et permettre plus largement une appréhension globale des mobilités.

4. Réduire le renoncement aux soins

Notre action se concentrera au soutien de la création d’une communauté professionnelle territoriale de santé sur le territoire de la CAPA (« Ma santé 2020 » - négociations en cours entre l’Assurance maladie et les représentants des professionnels de santé. Cette communauté permettrait d’organiser les soins au niveau territorial, une meilleure coordination entre professionnels de santé (médecins, infirmiers, dentistes, kinésithérapeutes …) et de libérer du temps médical avec le déploiement d’assistants médicaux. Il conviendra de soutenir également la création de pôles médicaux, d’une maison des aidants pour encourager le maintien dans l’environnement familial des personnes en situation de dépendance et développer le principe des appartements thérapeutiques et pédagogiques. Nous envisageons enfin de multiplier les parcours santé dans les différents quartiers pour permettre au plus grand nombre la pratique d’une activité sportive de plein air.

5. Lutter contre le décrochage scolaire ?

Il faudra développer le soutien scolaire dans le temps périscolaire et soutenir l’action des structures associatives qui mettent en œuvre des actions d'accompagnement des enfants en difficultés scolaires. Mettre en place une aide aux devoirs dans tous les quartiers nous semble indispensable. Nous conservons à l’esprit que l’échec scolaire est le premier vecteur de pauvreté.

6. Favoriser la formation et l'emploi des jeunes déscolarisés ?

Il conviendra de renforcer l’action de la Mission Locale et participer activement à la coordination des acteurs de la formation et de l’emploi.

7. Vous inscrire dans le dispositif " Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée"

Il conviendra d’inscrire certains territoires de la CAPA, dans le dispositif " Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée", nouveau cadre de l’insertion par l’activité économique, en portant une attention particulière à plusieurs points : Si l’amélioration de la situation professionnelle et personnelle des personnes employées en CDI dans les Entreprises à But d’Emploi est incontestable, l’accès à ce dispositif a pour objectif une insertion à long terme qui nécessite qu’ils bénéficient de dispositifs d’accompagnement professionnel et social et de formation professionnelle. Les critères d’identification des personnes durablement privées d’emploi devront tenir compte des spécificités du marché du travail sur le territoire, et notamment la saisonnalité. La viabilité économique et le financement des EBE doivent être soutenus, notamment par des fonds d’amorçage pour le lancement des activités.

8. Limiter la déshumanisation des démarches administratives ?

Nous souhaitons généraliser le maillage des points d’accueil dans tous les quartiers de la Ville, avec une extension des horaires et une formation des personnels. Nous entendons également favoriser le « guichet unique » dans tous les grands secteurs pour simplifier les démarches et éviter le recours à plusieurs interlocuteurs.

9. Favoriser l'accueil de familles de migrants ?

Comme nous l’expliquions à la suite d’une question précédente, la Corse n’a pas vocation à accueillir toute la misère du monde mais elle doit être tenue à un effort de solidarité proportionnelle à sa population à condition que cet effort soit effectif pour l’ensemble des régions françaises.

10. Mieux coordonner les différentes politiques de lutte contre la pauvreté (Etat, Collectivité, Intercommunalité) ?

Il faudra participer activement aux instances de coordination des dispositifs sociaux afin de relayer les alertes et observations des travailleurs sociaux de terrain sur les difficultés rencontrées, pour exemple la prise en charge des périodes de carence ou les délais de traitement avant l’accès aux droits (CPAM, CAF…).

11. Mieux intégrer les personnes vivant en situation de pauvreté dans la conception, la mise en œuvre et l'évaluation des mesures qui les concernent le plus ?

Nous souhaitons mettre en place des conseils permanents de quartiers pour faire remonter les besoins et demandes des habitants. Ces conseils auront une voix consultative sur les projets municipaux intéressant leurs quartiers, avant examen par le conseil municipal. Ils permettront aussi de renforcer les liens sociaux et au développement de phénomènes de solidarité qui ont toujours existé sur nos territoires, notamment à Aiacciu. Il conviendra également de développer le soutien et l’accompagnement aux associations de quartiers, acteurs de proximité notamment par la révision d’un règlement municipal, plus clair, plus précis et plus équitable d’aide aux associations.

12. Aider les associations qui viennent en aide aux plus pauvres ?

Il faudra enfin coordonner et relayer les actions des associations, afin de mailler au mieux le territoire et de répondre aux différents besoins (alimentation, logement, santé, insertion professionnelle…) et créer une interface entre les bénévoles dans tous les domaines et les associations en demande et y adjoindre les services municipaux compétents.

 Jean-François CASALTA. Liste « Pà Aiacciu »


Publié par: webmaster
Type de document: Réponses aux élections municipales 2020 / Réponse politique / Accompagnement personnalisé
Auteur:
Date article:





© CLE Pumonte 2018 - @cle-ajaccio@sfr.fr - Réalisation : Kikou Chabrol
Derniers communiqués
Germaine BOURDAIS pour la CLE sur ALTA FREQUENZA
10 mars 2020
CORSE NET INFO . Municipales 2020 AJACCIO. Les propositions sociales des candidats
25 fevrier 2020
21 Réponses à la lettre ouverte des municipales 2020
19 fevrier 2020
Insertion Vêtement Prévention Soins Accompagnement Atelier Aliment Alphabétisation Solidarité Accès Accueil Démarche Droits Aide Distribution Hébergement