Municipales 2020 : Reponse Pierre SAVELLI. Liste BASTIA PIU FORTE INSEME

Reponse Pierre SAVELLI Liste BASTIA PIU FORTE INSEME

1. Permettre un meilleur accès au logement social et très social ?

Pendant ce premier mandat, nous avons œuvré à améliorer considérablement l’accès au logement social et très social : - en mettant en place et en appliquant des critères équitables et transparents pour les demandeurs dès notre arrivée aux responsabilités à la Ville de Bastia puis à la Commission d'attribution des logements sociaux de l' Office HLM - en mettant en place l’accès au SNE (Système National d’Enregistrement) afin d’aller vers une vision de l’ensemble des demandeurs quels que soit leur mode de déclaration afin de ne laisser personne sur le bord du chemin - en connectant au sein du CCAS les agents chargés d’accompagner le public pour les demandes de logements et les travailleurs sociaux afin de fournir un accompagnement adapté à la recherche de logement et au-delà prendre en compte toutes les difficultés sociales des cas complexes - en continuant d’encourager la construction de logements sociaux, très sociaux et en accession à la propriété : • Près de 50 logements ont été réservés à la primo-accession sur les promotions construites àBastia (grâce à des Projets urbains partenariaux) • Des logements sociaux ont été construits Place Papi, rue Vittori à Lupinu, et sont en cours deconstruction Boulevard Gaudin et dans l’îlot du Puntettu Pour le prochain mandat : Nous continuerons d’améliorer l’accès au logement social grâce à un guichet unique d’information et de demande de logements sociaux. Ce guichet officialisera le travail décrit cidessus en connexion avec tous les bailleurs et permettra de mutualiser les moyens au service du public. Et ce, toujours en associant les travailleurs sociaux, ce service permettra de prendre en compte les situations extrêmes, et en particulier ceux qui par manque de ressources ne peuvent même pas prétendre aux logements sociaux. Nous pourrons enfin dans ce cadre mettre en œuvre la cotation des demandes. Cette cotation est une démarche très importante dans l’efficience et la transparence de la gestion des dossiers. Ce travail est devenu désormais obligatoire. Nous tenons à le réaliser dans l’esprit indiqué cidessus, en impliquant les travailleurs sociaux pour des critères en adéquation avec les besoins des plus démunis. Nous maintiendrons à 30% le taux de logements sociaux à Bastia, en construisant environ 200 logements sociaux supplémentaires, notamment en centre-ville. Il est également prévu de travailler sur le parc privé vacant en trouvant avec les propriétaires les points de convergence permettant de mettre ce patrimoine au service de la mixité sociale et l’aide aux personnes en difficultés (aide à la rénovation, possibilité de récupérer les biens, garanties sur l’entretien, etc.) Nous mènerons un vaste projet de rénovation urbaine et de rénovation des logements sociaux en partenariat avec la Collectivité de Corse et l’Office public de l’habitat ; pour la Cité des monts, des lacs et des arbres, 50 millions d’euros ont d’ores et déjà été obtenus pour permettre une amélioration du cadre de vie et la rénovation d’une grande partie des logements. La Ville de Bastia se positionnera pour utiliser pleinement le nouveau dispositif mis en place en septembre 2020 par la Collectivité de Corse pour faciliter l’accès au logement, et lutter contre les phénomènes de spéculation et de dépossession. Grâce à ce partenariat, nous permettrons l’installation de près de 80 familles en primo-accession par an, un dispositif qui s’ajoutera à un dispositif intégré au PLU qui permettra de réserve 15 à 20% des logements nouvellement construits à la primo-accession.

2. Rendre plus supportable les conditions des personnes, de plus en plus nombreuses, vivant sans domicile fixe (toilettes et douches publiques, give box, accroissement des places d'hébergement, consignes pour leurs bagages ...)

Pendant cette première mandature, nous avons mené des actions fortes envers les personnes sans domicile fixe grâce à notre soutien aux associations qui font un travail remarquable depuis de nombreuses années. Nous pensons aux associations Corse Malte, Maria Stella, A Fratellanza, mais également Partage, Restos du cœur, Croix Rouge, Secours catholique… Nous avons soutenu notamment l’association Fratellanza afin de l’accompagner dans la restructuration de ses locaux du centre-ville, une action primordiale pour le bon accueil des personnes sans domicile fixe vivant sur la commune de Bastia et au-delà. Nous avons également accompagné d’autres associations telles que les Restos du cœur pour leur permettre de bénéficier de meilleurs locaux et donc de meilleurs conditions d’accueil. Nous accompagnons également, à travers la SEM Bastia aménagement, la restructuration, voire la délocalisation de l’accueil de nuit de l’ancien hôpital de Toga. Nous répondrons encore présent pour le projet de l’association A Fratellanza de créer des consignes et une laverie à Bastia, notre aide ne se résumera pas seulement à une action financière mais aussi et surtout dans un partenariat autour de l’expérimentation territoire zéro chômeur longue durée afin de conjuguer la réponse à un besoin identifié et urgent et la logique d’accompagnement vers le retour à l’emploi. Enfin, toutes les associations auront le soutien indéfectible de la Ville de Bastia et de la Communauté d’agglomération, dans les limites de leurs compétences.

3. Améliorer la mobilité?, proposeriez-vous, notamment, la gratuit? des transports en commun ?

Le manque de transports en commun efficaces à Bastia ne permet pas à ce jour de se passer d’une voiture. Ce poste de dépense vient largement grever le budget des familles bastiaises. Pour cette raison nous devons proposer un réseau de transports en commun plus efficaces. Vous retrouverez dans notre programme tous les éléments constituant notre politique de mobilité : un tram-train de Casamozza jusqu’à Toga, avec un train toutes les 15 minutes ; cet axe ferroviaire nord-sud sera complété par des lignes de bus mieux adaptés, aux horaires élargis. Nous sommes convaincus que la gratuité d’une partie de ces lignes permettra d’améliorer la mobilité. Nous avons de plus en partenariat OPRA, mis en place un service de navette à très bas prix pour le déplacement des personnes fragiles et ayant des problèmes de mobilité.

4. Réduire le renoncement aux soins ?

En 2015, nous avons pour la première fois signé un contrat local de santé permettant de regrouper la Ville de Bastia et l’ensemble des acteurs impliqués dans la politique de santé. Grâce à ce contrat, nous avons mené des actions qui étaient demandées par l’ensemble de nos partenaires. Avec l’IREPS nous avons créé un guichet unique Salute ! Ayant vocation à informer les habitants des services de santé dont ils disposent. Nous travaillons également à la mise en place d’une aide à la mutuelle pour les personnes ayant obligation de souscrire à une complémentaire santé en raison de leurs revenus. Nous travaillons avec les services de la CPAM et la Mutuelle Familiale de Corse sur un projet qui permettra au CCAS de prendre en partie ou en totalité, en fonction des conditions de ressources des personnes cette complémentaire santé.

5. Lutter contre le décrochage scolaire ?

Depuis 2014, nous accompagnons au travers du Contrat de Ville les nombreuses associations qui fournissent un travail primordial pour la lutte contre le décrochage scolaire : Opra, A Leccia… Grâce au Plan de Réussite Educative, nous pouvons détecter les enfants les plus fragiles dès la maternelle et les accompagner grâce à un suivi individualisé, en lien avec leurs parents. Grâce à un appel à projet pour l’occupation du bâtiment de l’octroi, nous allons permettre également à l’association l’ESCA, spécialisée dans l’accompagnement scolaire d’être logée dans des conditions optimales à San Ghjisè. Toutes nos actions dédiées à la jeunesse, telles que les chantiers jeunes collégiens, ont aussi vocation à accompagner les jeunes dans leur développement. Nous poursuivrons également notre engagement pour l'apprentissage en tant qu'employeurs au sein de la mairie et de la CAB et en tant qu'administrateurs du CFA et de la mission locale. La lutte contre le décrochage scolaire constitue une priorité absolue. Nous ne lésinerons pas sur les moyens tant préventifs que curatifs afin de garantir à notre jeunesse une égalité des chances dans ses études.

6. Favoriser la formation et l'emploi des jeunes déscolarisés ?

En tant que Président de la Mission locale de Bastia et de l’Association Régionale des Missions Locales de Corse, j’ai fait de la formation et de l’emploi des jeunes déscolarisés une priorité. Nous avons mis en œuvre des actions fortes pour aider les jeunes : - à se réinsérer en tant que citoyens grâce à Parolla di a ghjuventù - à se construire comme individu grâce à la MILO TV, un formidable outil récompensé par lesTrophée de l’innovation européenne - à se construire en tant que jeune européen grâce à Eramus +, un dispositif qui permet auxjeunes de partir en stage à l’étranger Lors du prochain mandat, je souhaite que nous mettions toutes les forces en synergie pour être en mesure d’identifier les jeunes qui décrochent dès leur sortie du système scolaire. Pour cela, nous devrons mettre en place un partenariat fort entre la Ville, la Mission locale, les associations de terrain et l’Education nationale. Nos projets de créer une Casa di a ghuventù et de consulter la jeunesse pour co-construire avec elle notre politique en sa faveur seront des atouts pour relever ce défi primordial.

7. Vous inscrirez dans le dispositif " Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée" ?

Nous sommes déjà inscrits. Dès 2018 la Ville de Bastia, à travers son outil social le CCAS, a candidaté à l’expérimentation Territoire Zéro Chômeur Longue Durée, une initiative visant à résorber le chômage de longue durée à Bastia. Nous avons été retenus en tant que territoire émergent. Le dossier de candidature sera déposé en 2020, après le vote de la loi. Mais d’ores et déjà, la rencontre avec tous les chômeurs concernés a été effectuée, ainsi que de nombreux travaux avec les chambres, la CdC, associations, les chômeurs eux même afin de définir les activités utiles sur le territoire. Nous allons également activer en relai des dispositifs existant dans le domaine de l’insertion en coordination avec la CdC et les organismes concernés afin de capitaliser sur ce travail et permettre aux chômeurs de travailler si le dispositif réglementaire TZCLD prenait du retard.

8. Limiter la déshumanisation des démarches administratives ?

A Bastia, nous avons créé en 2017 un portail numérique visant à faciliter les démarches administratives en ligne pour ceux qui ne souhaitent pas se déplacer. Mais conscients des difficultés que peut poser ce média aux plus démunis, la Ville a non seulement maintenu l’ensemble de ses services à la population, mais au-delà les a renforcés avec des horaires mieux adaptés et élargis, un écrivain public à la MSP… C’est également le rôle des travailleurs sociaux du CCAS de trouver des solutions pour détecter et accompagner les personnes en difficulté dans les méandres des exigences administratives.

9. Favoriser l'accueil de familles de migrants ?

La situation des migrants est un problème majeur. Je rappellerai l’action du Président du Conseil Exécutif de Corse qui a proposé d’ouvrir les ports de Corse à l’Aquarius quand ce dernier était en très mauvaise posture au large de nos côtes. En tant que Maire de Bastia j’avais signé aux côtés de 16 autres élus une tribune appelant à définir et mettre en en œuvre sans délai une véritable politique migratoire. Ces problèmes migratoires sont structurels, aux migrations économiques que nous avons connues ces dernières années s’ajoutent aujourd’hui les personnes qui fuient les zones de combats et aussi ceux qu’il convient d’appeler « les migrants climatiques ». Loin des discours démagogiques des uns (il ne faut pas les accueillir) et angéliques des autres, il convient d’avoir une politique d’accueil et d’accompagnement concertée entre tous les acteurs Etat, CdC, Communauté d’agglomération afin de répondre à l’urgence de la situation mais aussi et surtout de proposer des actions qui favorisent l’intégration de ces personnes dans un cadre réglementaire et sociologique bien défini.

10. Mieux coordonner les différentes politiques de lutte contre la pauvreté? (Etat, Collectivité?, intercommunalité?) ?

Le schéma directeur de l’action du CCAS laisse une large place à l’action coordonnée avec tous les acteurs du social ; CdC, Etat, associations. Ce schéma a d’ailleurs été réalisé en fonction des plans pauvretés et précarité de la CdC et de l’Etat. L’action ne peut être efficiente que si elle est coordonnée. Des concertations transversales (Etat, CdC, CCAS) ont été organisées sur des thèmes comme l’alimentaire ou le logement. Une convention de prise en charge du public a été établie avec la CdC. Mais il faut aller plus loin, tout d’abord en étendant l’action sociale et en particulier le CCAS à l’ensemble de la Communauté d’agglomération (CIAS) afin de répondre aux besoins de l’ensemble du territoire et renforcer l’outil. Le rôle de proximité de l’Intercommunalité et les ressources de la CdC sont les deux niveaux à coordonner avec l’état pour l’efficience des moyens publics. Ces moyens publics doivent en outre s’associer et soutenir l’action du tissu associatif, acteurs de terrain indispensables, efficaces et agiles au regard de l’administration dans la lutte contre la pauvreté. Cette synergie entre les associations et l’action publique doit être structurée. La première étape est de définir clairement les objectifs et les priorités à atteindre en terme de lutte contre la pauvreté à travers la concertation et notamment l’organisation d’une conférence sociale associant les associations et les institutions. Il faudra ensuite mettre en œuvre les dispositifs permettant l’accompagnement financier et méthodologique des acteurs : contrats d’objectifs et de moyens, appels à projets communs entre les institutions, etc. en veillant à aider les associations dans le domaine de la logistique administrative nécessaire pour constituer les dossiers et piloter les actions.

11. Mieux intégrer les personnes vivant en situation de pauvreté? dans la conception, la mise en œuvre et l'évaluation des mesures qui les concernent le plus ?

L’implication des personnes concernées a été expérimentée dans la démarche TZCLD car les chômeurs participent eux même à la définition des activités à créer. Ce sont les travailleurs sociaux, les associations en contact avec les personnes en situation de pauvreté qui remontent le plus souvent les mesures à mettre en œuvre. L’évaluation des actions est un volet indispensable. Nous en avons écrit le principe dans le schéma directeur du CCAS. Nous organiserons une démarche indépendante des effecteurs auprès des personnes prises en charge afin de recueillir périodiquement les attendus et les remarques sur l’action sociale dont ils sont (ou ne sont pas) bénéficiaires.

12. Aider les associations qui viennent en aide aux plus pauvres ?

Nous serons, comme nous l'avons toujours été, aux côtés de toutes celles et tous ceux qui choisissent de s'engager dans la lutte contre la pauvreté.

Pierre SAVELLI Liste BASTIA PIU FORTE INSEME


Publié par: webmaster
Type de document: Réponses aux élections municipales 2020 / Réponse politique / Accompagnement personnalisé
Auteur:
Date article:





© CLE Pumonte 2018 - @cle-ajaccio@sfr.fr - Réalisation : Kikou Chabrol
Derniers communiqués
Germaine BOURDAIS pour la CLE sur ALTA FREQUENZA
10 mars 2020
CORSE NET INFO . Municipales 2020 AJACCIO. Les propositions sociales des candidats
25 fevrier 2020
21 Réponses à la lettre ouverte des municipales 2020
19 fevrier 2020
Insertion Vêtement Prévention Soins Accompagnement Atelier Aliment Alphabétisation Solidarité Accès Accueil Démarche Droits Aide Distribution Hébergement